Portes ouvertes des ateliers d'artistes

Son credo est de faire revivre les métiers du passé. Ce thème récurent à fait la force et la renommée du peintre. Il s'est essayé à la nature morte, au nu, ou au paysage, mais sans grand succès et, surtout, sans grande passion. «Ce qui m'intéresse, c'est de redonner vie à un corps de métier disparu, d'immortaliser un vieil homme en train de créer de ses mains, un peu comme le ferait un artiste.» 

Composant ses oeuvres à partir de documents ou de photographies, il ne se contente pas de reproduire simplement le cliché sur une toile. À chaque fois, il recrée un décor autour du personnage central en réussissant un amalgame parfait entre le clair et l'obscur. Peignant parfois trois ou quatre tableaux en même temps, il passe en moyenne deux ou trois heures par jour devant son chevalet lorsque l'envie de peindre le prend. 

«Sans cette envie, je ne fais rien de bon.»

Un modeste garage dans une cité douchynoise transformée pour l'occasion en galerie. Bernard Frackowiak a ouvert les portes de son atelier au public. En deux jours, plus de 170 visiteurs sont venus visiter l'antre du peintre qui, en sept ans de pratique, a acquis une certaine notoriété sur le marché.

Autodidacte, Bernard Frackowiak est avant tout un magicien de clair-obscur. Un artiste qui arrive à vous trouver mille et une teintes différentes dans les ocres ou les noirs. 

Pourquoi cette fascination pour ces couleurs terrestres ? Lui-même ne le sait pas vraiment. Sans doute sa fascination pour l'école flamande. Rembrandt, Breugels et tous les autres artistes de cette si brillante école flamande ont sans conteste influencé l'oeuvre de peintre douchynois. Comme ces maîtres, Bernard Frackowiak marie avec aisance les différentes tonalité de couleur. 

«Vous ne trouverez pas beaucoup de vert ou de bleu chez moi, ajoute en riant l'artiste. J'ai toujours été attiré par les contrastes et les effets que peut créer le mélange de couleur claire et de couleur plus foncée.»

 

  Figuratif et portraitiste 

 

   
 

Doué pour le dessin, Bernard Frackowiak se lancera dans la peinture sous l'insistance de son épouse. Au début, la démarche est hésitante et le trait pataud. De toile en toile, l'artiste s'affirme et commence à trouver sa voie. Cette année, il aura participé à une cinquantaine d'expositions avec, dernièrement un premier du public remporté à Templeuve et un premier prix du jury obtenu à Courrières. Celui qui peint avant tout pour son plaisir et pour celui des autres est en train de se créer un petit nom chez les figuratifs et les portraitistes. Les Frackowiak commencent à être demandé sur le marché. Preuve de cet engouement, l'ouverture d'un site Internet...

 

 

 

Frédéric Houriez

Journal L'Observateur du Valenciennois  

 

                                 

e-mail : bfrackowiak@hotmail.com


  1. Le peintre Bernard Frackowiak a ouvert son atelier

    Un artiste de grand talent

 

Le nombreux public a pu satisfaire sa curiosité artistique

et découvrir des femmes et des hommes souvent méconnus.

 

 

 

 

Associé pour la deuxième année consécutive,  les départements du Nord et du Pas de Calais ont organisé, le week-end dernier, la sixième édition des Portes ouvertes des ateliers d'artistes. Cette opération vise à mettre en valeur la création d'artistes, professionnels ou amateurs, en leur donnant la possibilité d'exercer leur passion au grand jour et de se faire connaître

 

Parmi les quatre cent cinquante artistes du Nord qui ont ouvert leurs portes, en toute générosité et simplicité : Bernard Frackowiak, peintre figuratif et hyperréaliste mais surtout Douchynois bon teint. Comme l'a souligné Patrick Roy, député, entouré de Michel Lefebvre, maire et de plusieurs élus, « Il est parti d'un don qu'il ignorait et, la pratique aidant, il a maîtrisé et développé cette faculté pour devenir un artiste confirmé. Notre présence chez lui aujourd'hui, est la reconnaissance d'un talent, d'une créativité et du travail d'un artiste local.»

La Voix du Nord le 25 octobre 2003